Maria.jpg

Maria Korpijaakko

Celle qui rassemble les gens


Maria Korpijaakko a un sens inné de la communauté. Parlez-en à ses voisins, c’est plus fort qu’elle : elle est constamment occupée à rassembler des gens autour de sa table. Non pas parce qu’elle a un talent culinaire exceptionnel (ce qui est le cas), mais parce que ça la stimule. Et s’ils proviennent de milieux différents et ont des opinions fondamentales divergentes, encore mieux !


Maria trouve qu’il y a beaucoup trop de polarisation dans notre société : « Je m’attriste des bêtises que se disent les gens sur les médias sociaux, à propos de tout et de rien. Je préfère me concentrer sur ce qui unit les gens plutôt que ce qui les divise. »


Détentrice d’un doctorat de l’Université McGill, elle a beaucoup écrit sur les enjeux liés aux médias sociaux. Elle s’intéresse aussi beaucoup à la politique et aux changements climatiques, et s’affaire actuellement à écrire un livre sur la question.


Pourquoi fait-elle maintenant ce saut en politique municipale ? « L’implication sociale a toujours été une priorité pour moi. Modestement, je dois dire que je le fais pour les bonnes raisons. Pas par ambition du pouvoir, loin de là, mais parce que je sais que le fait d’être élue me permettra de travailler au bénéfice des gens de ma communauté. » Ses qualités de rassembleuse seront par ailleurs un atout précieux au Conseil municipal, car elle croit sincèrement qu’on peut faire avancer des projets collectifs quand on se donne la bonne attitude et qu’on se met à l’écoute de l’autre.


C’est en 2013 que cette finlandaise d’origine a quitté le Vieux-Montréal pour Saint-Bruno, afin d’y fonder sa famille. Auparavant, elle a détenu un commerce spécialisé en horticulture (ce qui explique la beauté spectaculaire de son jardin !).


L’une de ses grandes convictions, c’est que les municipalités ont un rôle concret à jouer dans la lutte aux changements climatiques. « Il y a une approche en Finlande que j’apprécie particulièrement et qui serait vraiment applicable ici. Le Hinku consiste à regrouper des municipalités avoisinantes pour travailler ensemble et poser des gestes communs pour réduire les gaz à effet de serre. On a les outils et les leviers sur la Rive-Sud pour amorcer une telle démarche ! »


Intellectuelle, Maria ? Oui, assurément. Mais une intellectuelle terre à terre, vraiment accessible !